Auguste GAUTIER - 12 RCA 2ème escadron - char PROVENCE

J'utilise ce blog pour partager les documents retrouvés dans une boîte au décès d'Auguste GAUTIER, engagé depuis 1936 et qui par le hasard, se retrouve dans le 2ème DB. Mais de grands zones d'ombres dans son parcours persistent. J'ai donc besoin de témoignages pour recoller les morceaux. Merci à tous pour votre aide.

  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Catégories
    Catégories Affiche la liste des catégories de ce blog.
  • Mots clés
    Mots clés Affichez une liste de tags qui ont été utilisés dans ce blog
  • Blogueurs
    Blogueurs Rechercher votre blogueur favori de ce site.
  • Équipe de blogueurs
    Équipe de blogueurs Trouvez vos équipes favorites de blogueurs ici.
  • Connexion
    Identification Formulaire d'identification

Auguste GAUTIER - 1940 - 1943 - l'Afrique du Nord

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Notifications
  • Imprimer
  • Signaler cet article

21 octobre 1940Rengagé pour un an à compter du :

Affecté  au groupe d’escadron autonome du 1er régiment de chasseurs d’Afrique à Meknès par D-M N°3248 1/2T du 21/8/1941

 

1941

15 janvier 1941: Nommé Maréchal des Logis Chef

14 mars 1941: Dirigé sur Marseille. Embarque le 30.

2 Avril 1941: Débarqué à ORAN.

3 Avril 1941: Passe la frontière algéro-marocaine.

8 juin 1941: Embarqué à Casablanca à bord du s/s "Montesquieu"

16 juin 1941: Débarqué à Dakar.

"Le 22 février 1941, le 1er Régiment de Chasseurs d’Afrique basé à Casablanca au Maroc reçut l’ordre de constituer un Groupe d’Escadrons Chars-motos destiné à l’Afrique Occidentale Française qui prit la dénomination de " Groupe Autonome du 1er Régiment de Chasseurs d'Afrique ". Celui-ci fut formé le 16 mars 1941 et prit stationnement au camp de la Jonquière à Casablanca. Il fut mis sous les ordres du Chef d’Escadrons Paul GIROT de LANGLADE. Il avait en compte 23 chars Somua S 35 rendus par les Allemands au gouvernement de Vichy qui avaient été déposés dans un parc fermé en Dordogne contrôlé par les Allemands, en vue d'une éventuelle mission en Afrique. Ces chars, en très mauvais état, car ils avaient été sabotés, purent être récupérés et envoyés à Casablanca, au camp de la Jonquière, où ils furent remis en état de combattre, mais avec un canon de 47 portant à 1000 mètres, armement insuffisant, et un équipement radio inexistant ! Avant l'embarquement au port de Marseille, les Allemands avaient pris soin de retirer tous les lots de rechange. Pendant la nuit, après le départ de la Commission d'Armistice, des contrôleurs italiens négligents et incompétents prirent le relais. L'équipe d'embarquement, profitant de leur inattention, récupéra tous ces lots de bord et matériel de réparation et chargea dans les soutes du bateau des caisses de moteurs, d'embrayages, de morceaux de chenilles et de munitions."

 Afin de mettre tout ce matériel hors de portée des commissions de l'armistice qui commençaient à enquêter, ce Groupe d'Escadrons préféra pendre le large et embarqua à Casablanca à bord du s/s "Montesquieu" le 8 juin 1941, pour débarquer huit jours plus tard à Dakar, au Sénégal. " (Source http://12rcahistorique.canalblog.com/)

b2ap3_thumbnail_montesqieu.JPG 

En 1941, le 1er RCA met sur pied un groupe d'escadrons  commandé par le chef d'escadron Langlade. Il sera équipé de chars SOMUA et HOTCHKISS et partira pour le Sénégal où il prendra le nom de 12eme GACA (Groupe Autonome de Chasseurs d'Afrique).

 

b2ap3_thumbnail_casablanca1941D.JPG

 Auguste est le 2ème en partant de la droite, en haut.

 

b2ap3_thumbnail_casablanca1941D2.jpg

Sur cette photo agrandie à partir de la précédente, on y voit sur le fanion, l'insigne du 1er Régiment de Chasseurs d'Afrique.

 

 19 juillet 1941: à 80 km de Dakar, le 2ème escadron SOMUA s'installe à Thiès, composée de cases individuelles et de quatre maisons de colons en dur, dans un ancien cantonnement de gendarmes : « La Tropicale ».

b2ap3_thumbnail_senegal1.jpg

Auguste est assis à gauche. Détente à N'Gaparou (Source historique C. Auboin)

 

b2ap3_thumbnail_senegal2.jpg 
La "chapelle" de Thiès en plein air, décorée pour la messe de Noël. (Source historique C. Auboin)

 

Le 1er septembre 1941, ce Groupe d’Escadrons fut rebaptisé « 12ème Groupe Autonome de Chasseurs d’Afrique » (12ème G.A.C.A.).

Il s'agit du document de réengagement d'Auguste GAUTIER (Erreur dans l'orthographe du nom. Marqué GAUTHIER) dans le GROUPE AUTONOME DU 1er CHASSEUR D'AFRIQUE (lien wikipédia). La durée sera de 2 ans.

b2ap3_thumbnail_reengagement-1RCA.jpg

Texte retranscrit:

Corps du GROUPE AUTONOME DU 1er CHASSEUR D'AFRIQUE

Autorisation de rengagement pour 2 années. N°6.

Le ch. d'Esc DE LANGLADE*, commandant le G.A. 
du 1er R.C.A. consent à recevoir en qualité de rengagé
pour deux années, le Brigadier-Chef GAUTHIER Auguste (...) 

Fait à Dakar, le 20 juin 1941."

b2ap3_thumbnail_1erRCA.jpg

 

NDLR: *Paul de LANGLADEest un général de division de l'armée de terre française, qui s'illustra notamment au sein de la 2e DB lors de la Seconde Guerre mondiale.

Lors du premier conflit mondial, il est successivement affecté au 3e Régiment de Chasseurs à Cheval, au 69e Bataillon de Chasseurs à Pied puis s'engage comme pilote dans l'aviation où il termine la guerre.
De retour dans la cavalerie, il est affecté au Maroc en 1927 puis en Tunisie en 1940 au sein du 1er Régiment de Chasseurs d'Afrique. Il fonde au Sénégal en 1941 l'embryon du 12e régiment de chasseurs d'Afrique sous le nom de 12e Groupe autonome de chasseurs d'Afrique.
Alors que le 12e Régiment de Chasseurs d'Afrique est intégré à la 2e DB de Leclerc en 1943, Langlade prend le commandement d'un groupement tactique (GTL) qui s'illustre lors des campagnes de libération de la France et de l'Allemagne. (Lien wikipédia)

b2ap3_thumbnail_casablanca1941C.JPG 

Auguste possédait le permis pour conduire les chars SOMUA, considérés comme étant les meilleurs blindés en 1940. (Char SOMUA - site chars-français) Ici, le char SOMUA M 50245, n°18, auquel appartenait Auguste, que l'on voit au milieu.

 

b2ap3_thumbnail_casablanca1941F.JPG

b2ap3_thumbnail_casablanca1941A.JPG

b2ap3_thumbnail_casablanca1941B.JPG

b2ap3_thumbnail_casablanca1941E.JPG

 

Le chef d'escadron DE LANGLADE décide alors de l'insigne régimentaire ainsi que sa célèbre devise: "Audace n'est pas déraison".

b2ap3_thumbnail_audace1.jpg 

b2ap3_thumbnail_audace2.jpg

 Auguste, habile de ses mains aurait-il participer à l'ébauche de l'insigne du 12ème GACA? Celui ci est présent au milieu de ses insignes et médailles.

Cet insigne serait du au Sous-lieutenant ISSAVERDENS. La devise définitive aurait été trouvée par le Lieutenant Christian TAFFANEL de la JONQUIERE. Elle proviendrait d'une phrase lancée par Bonaparte au siège de Toulon. Il s'agit donc d'un cheval à roulettes dans une roue crantée. La couronne d'engrenage et l'encolure du cheval en forme de denture,évoque la motorisation du régiment.Le cheval à bascule évoque les traditions cavalières des chasseurs d'Afrique.La roue arrière du cheval tournée vers le haut,est une allusion au fait que les cavaliers de tradition acceptèrent mal la motorisation.

Le nom "Dakar" de l'insigne UBIQUE PRIMUS est remplacé par "SENEGAL" afin de ne pas rappeler de mauvais souvenirs du conflit entre les forces françaises et les forces alliées qui eut lieu quelques temps auparavant.

 

 21 octobre 1941: Rengagé pour 2 ans au titre du 12ème GACA (GROUPE AUTONOME DE CHASSEURS D'AFRIQUE)

 

1942

Extrait du récit de vie de Sylvia GAUTIER, femme d'Auguste, réalisé par sa petite fille Céline : 
"En 42, cela bouge en Afrique du Nord, et Auguste et ses copains se retrouvent, je ne sais pas comment, à Lafferrière, en Algérie. Une institutrice habite alors à côté de l’église, elle n’a pas d’enfant et s’occupe des jeunes militaires français, elle les reçoit pour l’apéritif,… En juillet 42, c’est l’anniversaire de Sylvia. Elle ne veut pas le fêter, elle vient de perdre sa mère, ce n’est pas la grande forme. Mais l’institutrice insiste : «  Venez, cela vous changera les idées ! ». Sylvia a 20 ans, elle se laisse tenter et elle rencontre Auguste. Il lui fait la cour en se faisant appeler André, il déteste son prénom, d’ailleurs toute sa vie Sylvia l’appellera André. D’abord elle refuse : « Non, non Monsieur, c’est la guerre. » Mais très vite elle se laisse séduire voyant dans ce militaire un moyen de vivre sa propre vie loin du cocon un peu trop étouffant de sa famille. Elle ne sait pas à ce moment-là que les choses seront autrement… Le 22 août 1942, un mois après leur rencontre, ils se marient. Sylvia n’a pas un souvenir gai de son mariage : «  C’était la guerre, c’était précipité, il n’y a pas eu beaucoup de monde ni beaucoup de cadeaux, je n’ai pas eu de trousseau.  C’est comme ça ! ».

Après le mariage, le couple reste chez une tante qui leur prête une chambre, c’est là aussi qu’ils se retrouveront pendant les permissions d’Auguste. Mais au bout d’un mois, il doit repartir. Les allemands, avec l’accord de Pétain, débarquent en Afrique du Nord, c’est la bataille de Tunisie menée par Leclerc et Montgomery aux côtés des américains du 17 novembre 42 au 13 mai 43.

b2ap3_thumbnail_laferriere1943.jpg

Cantonnement de Laferrière.

Sylvia connait tous les copains militaires de son mari puisqu’ils ont tous séjourné à Lafferrière. Elle connait aussi leurs femmes dont certaines sont restées en Algérie. Parmi elles, il y a Julia Carascosa. Elle a de grands yeux bleus magnifiques, et sa petite fille, Edith, a les mêmes. La petite aime beaucoup Sylvia. Un jour elle la garde pour que Julia aille se faire avorter à Oran. Son mari ne veut pas d’un troisième mais « dès qu’il pose le pantalon sur le lit, je tombe enceinte ! ». Le fils ainé est un garnement, il est gardé par Madame Souriceau (autre femme de militaire). Julia est polonaise, elle ne parle pas bien le français et ne l’écrit pas. Elle a rencontré son mari à Paris et elle dit qu’il l’a trompé car il lui a dit qu’il était corse et en fait il est espagnol ! Avant de vivre à Lafferrière, ils étaient au Sénégal et, comme son mari est un peu magouilleur, ils ont beaucoup de denrées rares comme du café ou du sucre. En Pologne, Julia a vécu l’enfer, les russes ont brulé son village et violé toutes les femmes de la famille. Elle leur en veut beaucoup et dit qu’elle est pour les allemands. Alors Sylvia lui conseille de faire attention, elle pourrait faire du tord à son mari qui est dans l’armée française. C’est une femme spéciale mais elles rient beaucoup ensemble. Quand elle est partie, elle a pris un pot de chambre et une bouteille de vin, « son mari était fou ! ». Sylvia a eu beaucoup de peine surtout qu’elles n’ont pas pu s’écrire. Son mari a donné un peu de nouvelles au début et puis…"

1943

Après 18 mois passés au Sénégal, le 6 janvier 1943, le 12ème G.A.C.A. reçut enfin l’ordre de mouvement du Général GIRAUD, Commandant en Chef des Forces Françaises en Afrique, récemment évadé de sa prison de Kaiserslautern en Allemagne, et qui venait d’arriver à Alger : « Il n’est pas concevable que l’on attende davantage pour faire intervenir le dernier escadron de chars de l’empire français. C’est maintenant qu’il lui faut être engagé dans les difficiles combats de Tunisie, que mènent les alliés aux Forces de l’axe. ».

12 janvier 1943: Auguste embarque à Dakar
Le 12ème GACA quitte Thiès pour embarquer sur les s/s "Cephée",  "Champollion" et "Fomalhaut".

21 janvier 1943: Débarqué à Casablanca

25 janvier 1943: Embarqué à Casablanca

8 février 1943: Débarqué à Alger

11 février 1943: Fait mouvement avec son escadron sur Boufarik

Par convoi routier, il rejoignit Boufarik, puis Rio-Salado où là, à partir du 14 février 1943, il remit en état son matériel qui avait souffert de la chaleur et du sable du Sénégal, puis du transport sur mer.

15 février 1943: le 12 GACA, constitué à partir d'escadrons du 1er Régiment de Chasseurs  d'Afrique, devient le 12ème Régiment de Chasseurs d'Afrique (12ème RCA)

b2ap3_thumbnail_12RCA.JPG

"Le 19 février 1943, le 2ème Escadron, commandé par le Capitaine André GRIBIUS, sur ordres du Général GIRAUD, avec ses chars Somua, fut détaché du Régiment et dirigé vers la Tunisie pour combattre les forces de l’Axe. La mise en route se fit le lendemain." (source 12RCAhistorique)

26 février 1943: Auguste fait mouvement sur le front de Tunisie

b2ap3_thumbnail_Tunisietebessa1943.jpg

"Le 2ème Escadron, avec ses chars Somua, arriva dans la région de Chéria le 24 février 1943, et se porta à Metlaoui. Présentement, la situation n’était pas brillante car les forces américaines étaient sévèrement attaquées au sud de Tebessa par les forces allemandes aux ordres de Rommel, pour le contrôle des portes de l’Algérie.

Incorporé au sein d’un groupement " Nord " de fortune composé d'un bataillon de chars Valentine du 5ème RCA et du Maghzen mobile du Maroc, commandé par le Colonel DALMAY de la GARENNIE, le 17 mars, le 2ème Escadron participa à l’attaque victorieuse de Gafsa, pénétrant en premier dans la ville. Du 20 mars au 6 avril, il remplit de courtes, mais dangereuses missions, dont le combat au Djebel Asker le 6 avril, puis fonça sur les arrières de l’ennemi. Il revint à Gafsa, fit route sur Tébessa, le Kef, Siliana. Il fut alors inclus au Groupement Blindé Français sous les ordres du Général LE COUTEULX de CAUMONT qui l’envoya vers Pont-du-Fahs en relève du 3ème R.E.I. qui venait de mener une attaque frontale contre les chars Tigres allemands et avait besoin de souffler. Le 8 mai 1943, l'Adjudant/Chef TITEUX en tête suivi des Pelotons BAILLOU, COUPE et DOUBOSTER, l’Escadron fut engagé dans de rudes combats autour du Pont-du-Fahs, verrou tenu par une forte résistance allemande, combats de char contre char, au cours desquels furent tués l’Aspirant MARS, adjoint du Lieutenant COUPE qui venait le jour même d'être nommé, le brigadier VELARD et les chasseurs GOLINSKI et DELSAUT, ce dernier était l'ordonnance du Capitaine GRIBIUS. Trois chars furent détruits pendant ces combats.

Regroupé à M'Cherga, l'Escadron pansa ses plaies et soigna son matériel. Le 11 mai 1943, le Capitaine GRIBIUS reçut sa nouvelle mission : s'emparer de la ville de Sainte-Marie du Zit. Après un débordement par les crêtes, l'affaire était réglée ! Toute l'intendance italienne se trouvait entre les mains de l'Escadron. A 13 heures, le Lieutenant DOUBOSTER, sur une piste avec son Peloton, faillit percuter une Jeep allemande sur laquelle flottait un drapeau blanc et dans laquelle se trouvait un représentant du général Von ARNIM, Commandant supérieur des troupes en Tunisie qui demandait à se rendre avec tout son Etat-major et un bataillon de la division Goering. Le Lieutenant DOUBOSTER se porta auprès du Général pour recevoir sa reddition. Le véhicule Daimler de ce dernier devint l'un des trophées du 12ème RCA ! Rejoignant Tunis, l'Escadron au complet s'installa en bivouac dans les jardins du Belvédère.

Sous l'uniforme américain, la chéchia aux trois bandes noires fut alors abandonnée au profit  du calot bleu et jonquille.

Sur ses 23 chars Somua ayant parcouru mille deux cents kilomètres, il restait 19 chars ; 4 chars avaient été détruits au combat au cours des trois mois de campagne."  (source 12RCAhistorique)

 b2ap3_thumbnail_charallemand1_20130620-234111_1.jpgb2ap3_thumbnail_charallemand2_20130620-234109_1.jpg

26 avril 1943: Citation à l'ordre de la Brigade pour Auguste GAUTIER pour la bataille de Tunisie. (lien wikipedia)

L'Armée d'Afrique dans la campagne de Tunisie (novembre 1942 - mai 1943) : Campagne de Tunisie (PDF)

 b2ap3_thumbnail_img039.jpg

Texte retranscrit:

"Citation
- - - - - - - -
Ordre général N°9
- - - - - - - -

Le Général LE COUTEULX DE CAUMONT, commandant
le groupement blindé Français, cite:

A L'ORDRE DE LA BRIGADE

- - - - - - - - -

GAUTIER Auguste M.D.L. 7/12 R.C.A.

"Chef de char courageux et plein d'allant. A pris
part brillamment à tous les combats du front Sud-Est et du front
Nord montrant en toutes circonstances de magnifiques qualités.
Le 26 avril 1943 en particulier s'est maintenu pendant plusieurs
heures avec son groupe au pont de l'OUED KEBIR sous le feu d'une 
batterie anti-chars, arrêtant les éléments ennemis qui tentaient de s'infiltrer."

- - - - - - - -

CES CITATIONS COMPORTENT L'ATTRIBUTION DE LA CROIX
DE GUERRE 1939-1945 AVEC ETOILE DE BRONZE

P.C. le 18 mai 1943
Signé: LE COUTEULX DE CAUMONT"

 

Ci dessous, le journal de marche et d'opérations (JMO) du 2ème escadron, disponible aux archives militaires du château de Vincennes. Il y est retracé l’événement du 26 avril 1943 au pont de l'OUED KEBIR. 

a1sx2_Thumbnail1_JMO-2eme-Escadron-Tunisie-1943-1.jpg a1sx2_Thumbnail2_JMO-2eme-Escadron-Tunisie-1943--2.jpg a1sx2_Thumbnail1_JMO-2eme-Escadron-Tunisie-1943--3.jpg
 a1sx2_Thumbnail1_JMO-2eme-Escadron-Tunisie-1943--4.jpg a1sx2_Thumbnail1_JMO-2eme-Escadron-Tunisie-1943--5.jpg
Merci à Claude Auboin pour ces documents.

 

17 mai 1943: Auguste fait mouvement sur Tunis

"Le 20 mai 1943 à midi, André GRIBIUS, avec son Escadron, participa à Tunis à la revue victorieuse des troupes alliées, toutefois sans défiler mais seulement pour faire la haie ! Après avoir quitté Tunis pour Medjez el Bab, tout l’Escadron embarqua sur voie ferrée pour rejoindre, le 14 juin 1943, le Régiment qui se trouvait alors à Rio-Salado, dans l’Oranais en Algérie. Le 2ème Escadron s'installa à la Briqueterie de la Mitidja à 2 km NNE de Rio-Salado." (source 12RCAhistorique)

b2ap3_thumbnail_Tunis1943.jpg

Bizerte est un port au nord de Tunis qui servira en 1943 de port d'embarquement pour les forces alliés partant en direction de l'Italie et du sud de l'Europe (photo externe)


b2ap3_thumbnail_Bizerte1.jpg

b2ap3_thumbnail_Bizerte2.jpg

b2ap3_thumbnail_Bizerte3.jpg

b2ap3_thumbnail_Bizerte1943.jpg

 

 b2ap3_thumbnail_tunisiedougga1.jpg

Ces ruines semblent être celles de Dougga, à l'ouest de Tunis. (lien)

b2ap3_thumbnail_tunisiedougga2.jpg

b2ap3_thumbnail_Tunisie4emepeloton1.jpg
L'Adjudant/Chef TITEUX entouré de 3 de ses Chefs de char du 4ème Peloton dans le Parc du Belvédère à Tunis, le MDL/Chef DEFOULOY et les Brigadiers/Chef JONNIAUX et BARRIGAUX, le MDL GAUTIER prenant la photo. (Source historique C.Auboin) 

b2ap3_thumbnail_Tunisie1943.jpg

Camionette de dépannage Laffly S15 (Source historique C. Auboin)

b2ap3_thumbnail_Tunisie3.jpg

b2ap3_thumbnail_Tunisie4.jpg

 

b2ap3_thumbnail_tunisie.JPG


 

Au cours d'une bataille où un général allemand est prisonnier, Auguste confisque l'appareil photo de ce dernier comme cela se faisait beaucoup dans ce genre de période: "Prise de guerre". Le dévellopement de la pellicule a rendu les photos suivantes. Aucune façon de les dater et de les localiser. Sur le front de l'Afrique du Nord...

b2ap3_thumbnail_Allemand3.jpg

b2ap3_thumbnail_Allemand2.jpg

b2ap3_thumbnail_Allemand.jpg

b2ap3_thumbnail_Allemand8.jpg

b2ap3_thumbnail_Allemand7.jpg

b2ap3_thumbnail_Allemand6.jpg

b2ap3_thumbnail_Allemand5.jpg

b2ap3_thumbnail_Allemand4.jpg

 


 

09 juin 1943: Auguste passe la frontière Tuniso-algérienne

"Fin Juin 1943, de LANGLADE, maintenant Lieutenant-colonel, rencontra par hasard le Général LECLERC, qu'il connaissait déjà, dans un restaurant à Alger. Ce dernier lui proposa d’intégrer le 12ème Régiment de Chasseurs d’Afrique dans la Division qu’il était en train de constituer. Immédiatement, de LANGLADE accepta et se mit sous ses ordres. Du premier septembre à décembre 1943, le 12ème R.C.A. fut formé de quatre Escadrons de combat et donna naissance le 16 septembre 1943, par dédoublement, au 12ème Régiment de Cuirassiers qui a pour devise: " "Au danger mon plaisir". Suivit une longue phase de préparation, d’organisation, de montée en puissance des hommes et du matériel. Laissant son dépôt à Rio-Salado, le Régiment fut envoyé près de Rabat au Maroc, en forêt de Témara au bord de l’océan Atlantique, pour parfaire son instruction sur le matériel américain nouvellement perçu, qui sortait des chaînes de montage de Casablanca, en remplacement des 13 chars Somua encore en état reversés à la Garde Mobile d'Oran. Les plaquettes "SOMUA" qui étaient fixés à l'avant de chaque char furent soigneusement retirées puis soudées à l'avant des des chars Sherman sous l'habitacle du pilote.

b2ap3_thumbnail_Tunisie2.jpg

Char SOMUA M50281. L'adjudant/chef TITEUX devant son char SOMUA (Source historique C. Auboin)

Hiver rigoureux sous des tentes suant d’humidité parmi les chênes-lièges aux troncs tordus. Printemps hâtif tapissé de fleurs et de senteurs d’oliviers sauvages.

La fusion des différents Régiments composant la 2ème D.B., dont les cadres venaient de tous les horizons politiques, fut difficile et longue à se faire. Le 12ème RCA fut raillé et surnommé le « 12ème Nazis » ou "Royal-Nazi" par certains du 501ème Régiment de Chars de Combat, car il provenait de l’armée d’armistice fidèle au Général GIRAUD.

Le 10 septembre 1943, Le Général LECLERC cru bon, après qu'il eut reçu les Officiers les uns après les autres, de mettre les choses au clair lors d'une allocution devant les 12ème Chasseurs et 12ème Cuirassiers réunis :

"Vous êtes affectés à la 2ème D.B. sous mon Commandement. C'est la première grande unité dans laquelle se trouvent réunis des Français, qui depuis trois ans étaient séparés par les circontances. Je vous demande de réfléchir à l'importance de cette réunion. Notre pays est dans une situation qu'il a rarement connu. Il est devenu une nation de second ordre...Nous ne pourrons plus nous payer le luxe de divisions internes. l'Union est plus nécessaire que jamais pour rendre à la France sa grandeur nationale"."(source 12RCAhistorique)

29 septembre 1943: Passe la frontière Algéro-marocaine 

21 octobre 1943: Maintenu sous les drapeaux dans l’armée active par prolongation tacite de son contrat

Extrait du récit de vie de Sylvia GAUTIER, femme d'Auguste, réalisé par sa petite fille Céline : 
"A ce moment-là, Sylvia qui a deux tantes au Maroc, s’organise pour rejoindre son mari. On lui envoie un laissez-passer mais malheureusement elle n’aura pas l’autorisation. Elle reste donc à Lafferrière et suit la guerre de loin à travers les lettres d’Auguste. Une fois, elle reste 10 jours sans nouvelle. Le voisin, « un genre de maire », est porteur des mauvaises nouvelles. Un jour il passe devant la maison et il ralentit. Sylvia qui est à sa fenêtre se dit : « Ca y est, il vient m’annoncer le pire ! » mais non juste il avait envie de ralentir… Ensuite elle reçoit 30 lettres d’un coup et elle commence par lire la dernière. Ces lettres sont codées : « nous allons voir la cousine Angèle et ensuite nous irons chez la cousine Francine » pour « nous partons en Angleterre pour ensuite débarquer en France ». Une de ces lettres arrive toute découpée car elle a été censurée."

 

(à suivre...)

dans Tunisie Lectures : 5302 4 commentaires
0
J'utilise ce blog pour partager les documents retrouvés dans une boîte au décès d'Auguste GAUTIER, engagé depuis 1936 et qui par le hasard, se retrouve dans le 2ème DB. Mais de grands zones d'ombres dans son parcours persistent. J'ai donc besoin de témoignages pour recoller les morceaux. Merci à tous pour votre aide.

Ajouter vos commentaires

0 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir plus de 10 caractères
conditions d'utilisation.

Participant à cette conversation

  • Invité (torres)

    Permalien

    Gucci replica handbags customization services to further optimize the brand's personalized concept and the pursuit of detail. The service will be customized according to customer's wishes and details of leather materials for customers to create their own New Bamboo handbags, New Jackie handbags, or Stirrup handbags. Designed by Gucci's creative director, the iconic collection of handbags, through gucci replica handbags exclusive custom service, based on customer wishes to freely choose a variety of rare leather, as well as a variety of different color combinations, and further create unique to each customer's unique style, Highlighting the brand "personalized luxury" tradition. Each custom louis vuitton replica is craftsman fine craftsmanship and handmade technology products. Metal texture or matte effect; metal details, the signature Spurs decorative and other metal accessories, a light gold, light silver or retro gold and retro silver, and other options ; These materials and color combinations can be based on customer preferences.

  • It’s a godsend for mothers, too - the fabric wipes Longchamp Outlet clean and is water resistant. Amy Adams isn’t the only Cheap Longchamp Hollywood mother to be seen out and about with a child in one arm and a long-handled Longchamp in the other. Although only the stylishly single can plump for a white one like Longchamp Outlet Online those carried by Pippa Middleton and Alexa Chung.

  • Send the meaning of rolex replica the watch: a "table" favorite, equivalent to the ancient keepsake, a subtle expression of love. Valentine's watch is the meaning of: always at replica watches your side. Indicates that life does not separate. Friends watch mean, we cherish every minute, that friendship for a long time. "Walking" and "walking" also means good luck. The meaning of replica watches uk a girl to send a boy watch is to let you control your time, your time is his time. The meaning of girls to swiss replica watches send boys watch is that he always think of themselves, think of him and his best time!

  • especially eye; in the sun gently turn the replica rolex, the sun will be showing a dynamic pattern of the ring pattern, bearing swiss replica watches extraordinary. Low-key introverted embedded inner ring makes the dial more three-dimensional. In addition to the swiss replica watches hour hand, minute hand, second hand

Blogueurs les plus actifs

Florent
14 post(s)
J'utilise ce blog pour partager les documents retr...
Collet
1 post(s)
Collet n'a pas encore mis à jour sa biographie
Georges Martin
1 post(s)

Sandrine n'a pas encore mis à jour sa biographie

Peesemopriers
0 post(s)
Peesemopriers n'a pas encore mis à jour sa biograp...
colin
0 post(s)
colin n'a pas encore mis à jour sa biographie